lundi 19 décembre 2016

Horace de Pierre Corneille

*****
La scène de cette tragédie de Pierre Corneille est à Rome dans une salle de la maison d’Horace, fils d’un chevalier romain. C’est un temps de la guerre où les empires de Rome et d’Albe s’opposent. La famille d’Horace est romaine. Cependant, la femme d’Horace, Sabine, elle est albian. Camille, la sœur d’Horace et romaine aussi, elle est l’amante de Curiace, un gentilhomme d’Albe. Il est aussi le frère de Sabine. Alors, c'est une famille mêlée.

Les armées de Rome et d’Albe se confrontent. Pour limiter le nombre de victimes en conséquence d’une bataille entre ces deux grandes armées, on décide d’organiser un combat singulier pour déterminer l’armée vainqueur. Horace et ses deux frères reçoivent l’honneur de représenter Rome, tandis que Curiace et ses deux frères à lui défendront l’honneur du côté albian.

Pour les deux femmes, Sabine et Camille, c’est une situation sans issue : chacun perdra soit leur époux ou amant, soit leur frère. Pour compléter la tragédie, après le combat singulier, le seul survivant et vainqueur Horace tuera sa sœur Camille. Horace, le sauveur de l’Empire romain, il devient un meurtrier vulgaire.

C’est une pièce de théâtre intéressant. Bien que j’aie bien aimé la lecture de cette pièce, je la trouve un peu moins émouvante mais un peu plus facile à lire que les tragédies de Racine (Andromaque, Britannicus) que j’ai lues récemment.

J'ai lu l'édition Univers des lettres Bordas. Cet ouvrage contient le texte intégral avec une notice sur le théâtre au temps de Corneille, une biographie chronologique de Corneille et une étude générale de son œuvre. Les plus importants éléments du livre pour moi surtout sont l'analyse méthodique de la pièce et des notes. En effet, je crois que j’ai consacré plus de temps à lire les explications et les notes qu’à la pièce du théâtre même.


Britannicus de Jean Racine

*****
Une tragédie de Jean Racine qui se déroule à Rome, dans une chambre de palais de Néron.

C'est une pièce émouvante. La langue est très belle et la lecture était un vrai plaisir.

J'ai lu l'édition Univers des lettres Bordas qui contient le texte intégral accompagné d’une notice sur le théâtre au XVIIe siècle et d’une biographie chronologique de Racine. Plus important, le livre contient aussi une analyse méthodique de la pièce avec des notes qui m’ont beaucoup aidé à mieux comprendre l'histoire et son contexte.


XVIIe Siècle d’André Lagarde & Laurent Michard

*****
J’ai continué mon petit projet littéraire français par étudier la collection littéraire d’André Lagarde et Laurent Michard. En même temps, je lis aussi cette autre anthologie bien connue, « 1000 ans de Littérature française » de Claude Bouthier, pour comparer les faits et les informations.

Cette fois, j’ai terminé le XVIIe siècle, c'est le troisième tome du volume de Lagarde & Michard. C’est un siècle littéraire riche : on y trouve d’écrivains comme Déscartes, Pascal, Bosuet, Boileau et Bruyère, et des poètes comme La Fontaine, Malhebre et Mainard. Mais pour moi, le XVIIe siècle est surtout l’époque du théâtre français. C’est le temps d’auteurs dramatiques comme Corneille, Molière et Racine.

Les explications et les analyses littéraires de Lagarde & Michard sont vraiment intéressantes. Bien que je ne sois pas un grand fan du théâtre, ce sont leurs exposés qui m’ont convaincu d’essayer quelques pièces. Entre-temps, j’ai déjà lu huit ou neuf pièces et je les ai aimées plus que prévu. J’ai surtout aimé « Andromaque » de Racine et « Cyrano de Bergerac » de Rostand (bien que le dernier nommé date d’une époque différente). Je vais encore lire une ou deux pièces de Corneille pour les comparer à l’œuvre de Racine, la grande querelle m’oblige...

dimanche 11 décembre 2016

Andromaque de Jean Racine

*****
Pour vrai dire, je n’aimais pas tellement le théâtre. En effet, je le croisais généralement un peu ennuyeux. Ce préjugé avait été renforcé après avoir terminé « Caligula » de Camus et les deux « pièces de Figaro » de Beaumarchais il y a quelques semaines. Je les trouvais un peu simplistes et sans vrai intérêt.

Malgré mes réserves, j’ai quand même maintenu ma lutte littéraire par aborder des pièces du théâtre, comme, récemment, « Cyrano de Bergerac » d’Edmond Rostand et « L’Alouette » de Jean Anouilh. Heureusement, j’ai bien aimé ces pièces intéressantes, émouvantes et amusantes. 

Alors, après ces bonnes expériences, finalement j’avais gagné suffisamment de courage pour attaquer les apogées du théâtre français du XVIIe siècle : les ouvrages de Jean Racine et Pierre Corneille. Les grandes pièces du théâtre en poésie !

Je dois avouer que je trouve chaque pièce du théâtre en poésie toujours plutôt difficile à lire. J’ai besoin de toute mon attention et ma concentration pour comprendre le sens du texte. C’est pour ça que je dois lire chaque page au moins deux ou trois fois : d’abord pour simplement comprendre la signification de la langue, ensuite pour savourer « le chant » de la poésie et, finalement, encore une ou deux fois pour apprécier la fluidité du texte et toutes les métaphores.

Avant de commencer à la lecture d’Andromaque, je me suis préparé un peu par étudier quelques explications sur l’ouvrage et ses sources littéraires. Cette préparation m’a aidé vraiment à mieux comprendre l’histoire et surtout à apprécier la langue.

J’ai aimé la lecture énormément ! Après environ 35 ans, je peux finalement comprendre les émotions de mon professeur de français d’autrefois… 

Bien que ce soit « Cyrano de Bergerac » qui a stimulé ma conversion au théâtre, c'est « Andromaque » qui l’a achevée. 


dimanche 27 novembre 2016

Les caprices de Marianne d'Alfred de Musset

*****
Une pièce de théâtre amusante et légère qui provoque souvent de grands rires. Peut-être elle est un peu courte, je l’aurais préféré plus longue. L’histoire est très simple; on trouve la femme idolâtrée bien que déjà mariée, l’amoureux frustré et le malentendu terrible. En effet, la fin de la pièce est un peu inattendue et malheureuse.

Marianne est une jeune femme totalement fidèle à son vieux mari et « un dragon de vertu ». Cœlio, un jeune homme timide et amoureux, la chasse sans résultat. Son ami à lui, Octave, essaie de l’aider. Malheureusement, cet entremetteur reste aussi sans succès. Marianne est une épouse trop loyale. Cependant, après une dispute avec son époux, Marianne change sa conduite soudainement : elle veut se libérer de la « protection » de son mari par trouver un amant. Alors, ça sera une aubaine pour Cœlio ? Non, hélas, elle s’intéresse plutôt à Octave…

mercredi 16 novembre 2016

Ahlam de Marc Trevidic

*****
C’est un livre que j’ai vraiment essayé de terminer, mais, après environ la moitié du texte, j’ai échoué. La première partie de l’histoire était encore plutôt acceptable, peut-être seulement un peu ennuyeuse, à cause des caractères plats et peu intéressants. Après le moment où l’auteur commence à entamer le vrai thème du livre, c’est-à-dire, la haine religieuse, la lecture est devenue désagréable. C’est pour ça que j’ai fermé le livre à mi-chemin. Les journaux m’offrent déjà toute la haine et l’agression que je peux gérer quotidiennement.  

samedi 12 novembre 2016

La promesse de l’aube de Romain Gary

*****
C’est une autobiographie excellente avec beaucoup d’humour et d’ironie. L’auteur présente un tableau impressionnant de sa jeunesse et de ses expériences d’aviateur pendant la Seconde Guerre mondiale. 

Avant de commencer à ce livre, j’avais déjà terminé deux autres livres du même auteur, « La vie devant soi » et « Éducation Européenne ». La lecture de ce troisième livre était, encore une fois, un régal pour moi, comme prendre un bain chaud confortable. Sa façon de dépeindre sa mère dominante avec son intransigeance à elle, je la trouve magnifique. L’écriture est fluide et belle et j’ai surtout apprécié l’ironie sympathique et l’autodérision qu’on trouve partout.

C’est une histoire émouvante, impressionnante, amusante et belle. Un vrai régal ! 

mercredi 9 novembre 2016

Chanson douce de Leïla Slimani

*****
C’est un livre captivant que j’ai terminé  il y a quelques semaines. Malgré le thème brutal - le sujet d’infanticide n’est pas un sujet très drôle - l’histoire est plutôt agréable et facile à lire. Bien qu’on apprenne déjà au début du premier chapitre comment le récit va terminer, la lecture reste bien légère. Jusqu’au moment où les meurtres arrivent, évidemment.

Je trouve le livre bien composé et bien écrit. On peut facilement comprendre les pensées et les sentiments des personnages principaux. Cependant, je dois avouer que j’ai déjà oublié le motif décisif de la meurtrière pour finalement tuer les deux enfants. Le livre ne m’a pas ému tellement comme « Bord de mer » de Véronique Olmi. Ce livre traite le même sujet d’infanticide mais d’une façon beaucoup plus tranchante et plus difficile d’oublier. 

lundi 7 novembre 2016

La femme au mirroir de Éric-Emmanuel Schmitt

*****
Le livre offre trois histoires de femmes indépendantes qui essaient de trouver leurs propres voies dans leurs vies. Les histoires se déroulent dans des siècles divers. Chaque femme doit résister à des circonstances et à des forces sociales oppressantes particulières de ce temps. Pour vrai dire, chaque récit isolé est une histoire un peu simple. Les trois histoires s’alternent et c’est surtout grâce à cette alternance que le livre devient captivant. Les trois histoires se lient malignement à leurs fins.

La première histoire ressemble à un conte. C’est l’histoire d’Anna qui se déroule dans le XVIIe siècle à Bruges. Il y a un personnage principal reveur et plutôt mystérieux, on parle de la nature sauvage, et, finalement, on doit affronter un loup méchant et des règles sévères de la foi. C’est une histoire plutôt charmante malgré quelques événements cruels.

Le deuxième récit est raconté par voie de lettres écrites par la protagoniste qui vit à Vienne à la fin du XIXe siècle. Mariée avec un homme riche et ennuyeux, elle est malheureuse et frustrée. La nature sauvage de la première histoire a été remplacée ici par une société bourgeoise avec des traits sauvages et des mœurs rigoureux.  

La troisième histoire se déroule à la fin du XXe siècle aux États-Unis. Le personnage principal est une comédienne réussie qui se trouve dans le milieu d’Hollywood. C’est le milieu des célébrités et de la liberté personnelle totale. C’est la vie d’une personne riche sans limites… Or, c’est aussi le milieu de l’accoutumance, de l'abus d’alcool et de cocaïne. Cette fois, l'héroïne de l'histoire doit se débattre contre les défis d’une liberté pareille.

C’est un livre plaisant et attirant qui est aussi facile à lire. Le style est comparable avec ceux d’autres ouvrages du même auteur. J’ai surtout aimé la première histoire d’Anne de Bruges que je trouve le plus intéressante et le plus belle.

Le dernier des nôtres d'Adelaïde de Clermont-Tonnerre

*****
C’est un livre que je trouve décevant. Je pense que l’histoire est superficielle et peu captivante. L’intrigue est tirée par les cheveux et le sens de l’humour est insipide. Le personnage principal est désagréable et surtout irritant. Sa « romance » avec une femme ennuyeusement parfaite est peu vraisemblable et elle est d’ailleurs vraiment une histoire de pacotille agaçante. 

Je n’aime pas non plus les récits sur la vie dans les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale. J’ai l’impression qu’on a essayé de faire du sentiment par là. C’est une façon d’imposer des sentiments faux et presque du mauvais goût… Le livre a fait la même impression sur moi comme par exemple la tv série américaine « Holocaust » : trop des sentiments faux et imposés en ce qui concerne les horreurs des camps nazis.

Le livre a gagné le Grand Prix du roman de l’Académie française.

( Vraiment ? ) 

mercredi 2 novembre 2016

Il était une ville de Thomas Reverdy

*****
Le récit sur le délabrement de Detroit se déroule en 2008, juste après le début de la catastrophe financière mondiale. Avant les années 80 du siècle dernier, Detroit était une grande ville réputée pour son industrie automobile.  Après l’arrivée de la compétition japonaise sur le marché, une concurrence qui pouvait produire des automobiles plus économiques, l’industrie automobile américaine s’est abîmée. Les conséquences de cet effacement pour la ville Detroit étaient désastreuses : un chômage à grande échelle et une économie urbaine qui s’est effondrée. En 2008, la crise financière a empiré la situation économique déjà désespérée. Beaucoup d’habitants ont dû abandonner leurs maisons et leur ville. Le nombre d’habitants a diminué d’environ 40% entre 1950 et 2012.

Le livre suit principalement la vie de trois habitants de Detroit. D’abord, il y a un Français employé par un grand constructeur d’automobiles américain qui a été posté temporairement en Detroit. Il observe le délabrement de la ville de l’extérieur. Il aperçoit des maisons et des bureaux vacants, la manque de la maintenance de l’infrastructure, les quartiers dangereux où on ne devrait pas aller ...

Ensuite, on suit un policier de la police municipale. On apprend par cette histoire les conséquences extrêmes de la crise pour l’appareil policier et, en effet, pour toute l'administration. Sans ressources, il n’y a plus d’argent pour rien… Les policiers n’ont pas le temps ou l’argent pour faire leur boulot normalement. Toutes les installations et voitures sont délabrées. C’est aussi pour ça que le policier, qui s’intéresse surtout à la disparition des teenagers, travaille à la maison. Il a emporté tous les dossiers pertinents pour les conserver et pour les étudier. En effet, il est le seul policier qui s’intéresse encore à ces disparitions.

La troisième histoire est l’histoire d’un enfant d’environ douze ans qui s’enfuit avec deux amis. Bien qu’il y ait aussi quelques autres caractères, le livre se compose surtout à ces trois intrigues. Les trois histoires se touchent de temps en temps, mais elles ne sont pas vraiment mélangées.

Je trouve le thème du livre très intéressant. L’histoire du délabrement d’une grande ville comme Detroit est vraiment captivante. Tous ces problèmes insolubles, les habitants qui s’en vont, forcés car ils sont en défaut, toutes les maisons vacantes et décrépites, la criminalité grandissante et une administration incompétente, désemparée et sans ressources. C'est presque un thème « apocalyptique réel et réaliste ».


Cependant, je n’ai pas aimé le livre. Je trouve que les personnages principaux restent plats. Les caractères ne sont pas très intéressants ou même sympathiques non plus. L'auteur présente trois histoires diveres qui toutes restent sans fin satisfaisante. En dépit de cette intrigue des disparitions, le livre n’est pas un roman policier non plus. Bref, pour moi c’est un livre sans objectif et un peu décevant. Dommage. Le livre a gagné le prix des libraires en 2016.

lundi 31 octobre 2016

La septième fonction du langage de Laurent Binet

*****
La lecture a été une expérience intéressante et surtout agréable. C’est un roman policier hors du commun qui est tantôt amusant et léger et tantôt captivant et dur.

L’histoire se déroule au début des années 80 du siècle dernier. L’histoire offre un mélange de fiction et de personnages réels, comme les politiciens et les écrivains de cette époque du président Giscard d'Estaing. Un écrivain français célèbre décède après avoir été blessé dans un accident de la route à Paris. Après cet accident, un document important et secret manque, alors, l’accident, peut-être il était en effet un meurtre ? C’est le policier Jacques Bayard qui va examiner le cas, assisté par Simon Herzog, un scientifique linguistique. Ensemble, les deux chercheurs essaient de résoudre le cas et de retrouver le document secret. Au début, Simon est encore peu disposé à assister un flic, mais plus tard il contribuera de plus en plus à la recherche. Le récit du polar est mêlé à la linguistique par voie d’un concours secret et mystérieux pour lequel le document manquant pourrait avoir une grande valeur.

J’ai surtout aimé le sens de l’humour du livre, de temps en temps il est vraiment très drôle. Je crains que je n’aie pas compris tous les références aux écrivains et événements typiquement français de cette époque. En revanche et bien sûr, j’ai reconnu la plupart des références aux événements et à la musique de ce temps, il y a 35 ans. Or, je suis sûr aussi que je n’ai pas saisi au moins la moitié des textes sur la sémiologie. Ça ne m’a pas empêché d’aimer la lecture, le livre reste amusant et intéressant même sans comprendre tout.


lundi 24 octobre 2016

Éducation européenne de Romain Gary

*****
L’histoire se déroule en Pologne pendant la Seconde Guerre mondiale. Un garçon de quatorze ans se va cacher aux occupants allemands. Pour cela, son père et lui ont creusé une cachette souterraine dans une forêt. Au début, le père lui visite chaque jour pour lui apporter de la nourriture. Cependant, après quelque temps, pour une raison inconnue, son père ne vient plus. C’est pourquoi, par la force des choses, le garçon se joint aux partisans polonais. Il y a beaucoup de petits groups de partisans dans la région qui, ensemble, constituent la résistance armée polonaise. Malgré son jeune âge, le garçon est admis dans un groupe hétéroclite de partisans.

La vie d’un partisan polonais est une vie très dure. Surtout en hiver, quand on doit survivre au froid terrible, lutter contre la neige et trouver de la nourriture dans les villages en évitant les troupes allemandes. Les partisans attaquent les soldats allemands et effectuent des attentats visant d’infrastructure comme de ponts et de chemins de fer. Chaque attentat et chaque soldat allemand assassiné aboutent à des sanctions allemandes sévères, car les Allemands, ils fusillent des otages innocents et détruisent des villages comme punition collective. Bref, la guerre de partisans est une lutte terrible et effrayant. Malgré ces circonstances exigeantes, le garçon se plie rapidement et commence à participer aux activités du groupe. D’abord, il travaille surtout comme messager, mais plus tard il va entreprendre des tâches plus dangereuses.


Le livre se compose de petits chapitres et est étonnamment léger, malgré les événements terribles, les attaques sanglantes, les cruautés, les morts d’innocents et les trahisons. C’est une histoire simple et facile à lire mais qui est prenante quand même. Les personnages sont hauts en couleur. Tous les événements, les déceptions et les trahisons, ils sont décrits de façon simple sans que le récit perde son pouvoir. On pourrait comparer le style du livre à l’écriture de « La vie devant soi » du même auteur. J’ai aussi aimé les petits contes que les partisans racontent les unes les autres quand ils se trouvent ensemble autour du feu de bois dans leur campement.

mercredi 19 octobre 2016

Ourania de J. M. G. Le Clézio

*****
Daniel est un géographe français qui séjourne quelques mois en Mexique pour son travail. Il consacre son temps à mettre en carte le terrain d’une vallée dans une région qui se trouve lointain de la capitale. Là-bas, en province, il rencontre des autres scientifiques, des anthropologues et des sociologues mexicains. Ils habitent la même vallée pour étudier les usages et les rituels de la population locale en collaboration.

En effet, Daniel raconte deux histoires dans le livre. D’abord, il partage ses impressions et expériences pendant son séjour en Mexique. Ce sont surtout ses interactions avec la population locale et avec les scientifiques. Il y a aussi l’histoire de sa liaison avec Dahlia, une belle femme étrangère et l’histoire de Lili, une prostituée indienne. Pour une raison quelconque, car je n’ai pas du tout compris son motif, Daniel développe une obsession de devoir savoir tout sur la vie de cette pauvre femme exploitée. Il lui rend visite quelques fois pour discuter avec elle. Cependant, après le départ imprévu de Lili, Daniel perd sa piste et commence à désespérer.  Mais pourquoi exactement, je ne sais pas…

La deuxième histoire est l’histoire de Campos, une communauté idéale qui se trouve dans la même vallée. C’est un petit village isolé qui fonctionne en autarcie. Les gens vivent là selon leurs propres règles sociales. L’histoire de Campos est surtout présentée par des lettres de Raphael, un jeune homme qui habite Campos. Daniel lui a rencontré pendant son voyage en car. Les deux histoires, le séjour de Daniel en Mexique et la vie à Campos raconté par Raphael s’alternent dans le livre.


Bien que je trouve le récit bien intéressant, le style de l’écriture raisonnablement attirant et la lecture plutôt facile, quelque chose y manque. Je n’ai pas vraiment compris l’objectif du récit. Je crains d’avoir raté la cohérence de tous ces événements, la lutte parmi les scientifiques, les choses d’amour du protagoniste et la vie de Raphael dans la communauté idéale de Campos. J’ai lu quelques critiques sur Babelio pour m’aider à mieux comprendre le livre mais c'était peine perdue. 

samedi 15 octobre 2016

Le passager de Jean-Christophe Grange

*****
C’est un livre trop épais qui comprend une histoire trop longue avec une intrigue trop compliquée et avec des circonstances trop forcées. Pourtant, je l’ai terminé assez vite, car il est aussi très bien écrit et vraiment facile à lire. C’est un ouvrage assez impressionnant bien que je trouve que la vraie tension manque et que les coïncidences soient souvent trop invraisemblables. La confusion du protagoniste et les attentats répétés sur sa vie me rappellent de temps en temps les livres de Ludlum. Quoique ce livre ne soit pas le mieux polar que j’ai lu, je suis sûr que je lirai plus de livres du même auteur.

vendredi 14 octobre 2016

L'arbre du pays Toraja de Philippe Claudel

*****
C’est la cinquième livre de Philippe Claudel pour moi après avoir terminé son ouvrage impressionnant « Le rapport de Brodeck ». Bien que je trouve tous ses romans assez bons et bien écrits, ils ne sont pas tellement captivants comme ce chef-d’œuvre « Brodeck ». Peut-être j’ai de trop grands espoirs…

Le livre « L’arbre du pays Toraja » ne fait pas exception. Le personnage principal, un cinéaste d’environ cinquante ans, est confronté à la maladie et finalement au décès de son meilleur ami. À la suite de cette expérience, il commence à une petite quête du rôle de la mort dans notre société. Bien que le thème du livre soit un peu lourd, la lecture reste assez légère.

Après un début du livre bien prometteur qui comprend l’histoire de l’arbre du pays Toraja, le récit perd son attirance quand même. C’est surtout le début de la liaison du protagoniste avec une jeune femme, âgée 25 ans moins que lui, qui est ennuyeux et peu vraisemblable. On pourrait encore comprendre l’homme plus vieux, mais la raison pour laquelle la jeune femme aurait un intérêt de cette liaison n’est pas du tout éclaircie. Évidemment, elle est plus jeune et elle est très belle et elle est très intelligente et douée, blablabla… C’est une histoire de la mort, alors on a peut-être besoin d’un petit contrepoids qui symbolise la vie et l’espoir, mais cette solution je trouve un peu banale. D’ailleurs, le personnage principal, je ne le trouve pas très sympathique et c’est probablement aussi pour ça que le livre ne m’a pas plu vraiment.

Philippe Claudel, cet auteur qui nous a délivré « Le rapport de Brodeck », a-t-il déjà égalé cet apogée ? pourrait-il l’égaler une fois de plus ?

jeudi 13 octobre 2016

La femme de l'Allemand de Marie Sizun

*****
C’est l’histoire d’une enfance difficile qui se déroule après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Marion habite Paris avec sa mère célibataire. La mère est une femme indépendante, un peu hors du commun et elle est aussi maniaco-dépressive, déséquilibrée et surtout isolée. Marion ne connaît pas son père, un soldat allemand avec lequel sa mère a eu une liaison interdite pendant l’occupation de Paris en 1944. Le soldat se serait tué plus tard en Russie. Depuis, sa mère, elle restera toute seule et pour toujours elle sera la femme de l’Allemand.

Ses parents à elle, les grands-parents de Marion, ils ont rompu tous les rapports avec leur fille à cause de cette liaison honteuse. C'est seulement Marion qui visite occasionnellement ses grands-parents, « des gens vraiment bourgeois » selon sa mère.

Bien que Marion aime sa mère profondément, elle doit se débrouiller de temps en temps quand sa mère passe une de ses crises mentales. C’est seulement plus tard, quand elle a environ seize ans, que Marion commence à s’éloigner de sa mère. Pour une raison quelconque, dans cette époque le comportement de la mère devient trop menaçant et la situation familiale s’envenime de plus en plus.

Marion raconte ses souvenirs de son enfance en grandissant et c’est aussi pour ça que l’écriture est simple et facile à lire. Malgré cela, les émotions sont convaincantes et on peut se mettre aisément dans la peau du personnage principal. La lecture est tellement captivante que j’ai terminé le livre d'un seul coup. 

samedi 8 octobre 2016

Bord de mer de Véronique Olmi

*****
C’est un petit livre que j’ai trouvé par accident sans déjà connaître son contenu ou son auteur. C’est l'histoire d’une mère et ses deux petits enfants qui font une excursion au bord de la mer. C'est une histoire qui semble anodine au début mais qui se développe déjà après les premiers paragraphes d’une façon embarrassante.

La sortie échoue dès le début dans une ambiance de désespoir. La mère devient de plus en plus désespérée et déséquilibrée. Il fait un sale temps, la mer s’avère orageuse et menaçante, les gens sont indifférents et désobligeants, l’hôtel est terriblement déprimant et de plus, on n’a presque pas d’argent pour acheter de la nourriture. Bref, c’est une expérience frustrante et effroyable.

L'histoire se développe inéluctablement vers un désastre redouté et inévitable. Le désespoir agrandit et la tension monte page après page. En effet, le récit prend le lecteur de plus en plus à la gorge. On commence à craindre la fin du récit dès le début et pourtant on poursuit la lecture quoique d’une façon de plus en plus péniblement.

Je trouve le livre impressionnant, bien écrit et vraiment facile à lire malgré le sujet bouleversant. Peut-être les symboles sont présents un peu à l'excès, mais au bout du compte ça fonctionne bien (une trop petite chambre d’hôtel pour loger la mère et ses enfants ensemble, le grand mur devant la fenêtre de la chambre d’hôtel qui bloque la vue, les traces de boue laissées partout où ils vont, la pluie continue, la mer houleuse et menaçante, le sentiment de la réserve et de l’hostilité de gens vis-à-vis la mère…).



jeudi 6 octobre 2016

Moyen Âge de Lagarde et Michard

*****
C’est le premier tome de la collection littéraire d’André Lagarde et Laurent Michard. C’est une anthologie qui vaut la peine. Les informations sur le contexte historique sont claires et les fragments littéraires présentés sont intéressants et plutôt amusants à lire.

C’est dans la deuxième partie du Moyen Âge que la langue écrite en français se développe. Jusqu’à la fin du XIe siècle, tous les textes étaient encore des textes latins. La littérature française était presque non existante, sauf quelques récits sur la vie des saints. Au début du XIIe siècle ça va changer.

Lagarde et Michard présentent d'abord le développement des chansons de geste et de la littérature courtoise. Ce sont déjà des choses intéressantes qu’on enseigne aussi aux lycéens néerlandais : la Chanson de Roland, l’histoire de Tristan et Iseut, l’histoire de Lancelot... Évidemment, on trouve aussi un exposé sur le roman de Renard.

lundi 3 octobre 2016

Tout est passé si vite de Jean-Noël Pancrazi

*****
C’est un roman sur les souvenirs et les réflexions sur la vie d’un écrivain juste avant son décès inévitable à cause d’une maladie fatale. Bien que le thème du livre soit un peu « lourd », j’ai pourtant aimé ce roman. L’auteur l'a construit avec de la tendresse et de la douceur pour son protagoniste. Malheureusement, j’ai eu des difficultés avec le style de l’écriture, un style que je trouve (trop) fatigant. Le texte comprend des phrases très longues qui, de temps en temps, semblent infinies. Je pense que je comprends l’utilisation de ce style, puisque des réflexions personnelles font naître toutes sortes d’associations qui se sont présentées dans une seule phrase et pour ça on trouve beaucoup des virgules. Cependant, c’est vraiment dommage, car avec des phrases moins expansives, je pense que j’aurais aimé plus le texte. Le livre a gagné le Grand Prix du roman de l’Académie française en 2003.

dimanche 2 octobre 2016

Une jeunesse de Patrick Modiano

*****
C’est l’histoire d’Odile et Louis, deux jeunes gens amoureux, qui se déroule à Paris des années 60. C’est une histoire peu captivante ; on ne trouve pas des émotions profondes ou des événements vraiment intéressants. Je trouve le livre bien écrit mais l’approfondissement des caractères principaux manque. Par exemple, la femme, Odile, s’est abusée régulièrement par quelqu’un qui lui a promis de l’aider à sortir un disque. Évidemment, cette promesse est un mensonge qui sert pour se servir de cette jeune femme désespérée et peut-être un peu naïve.  C’est compréhensible qu’elle n’a pas osé informer son fiancé, Louis, de cet abus. Elle doit subir et accepter avec résignation cette humiliation toute seule. Curieusement, l’auteur n’a pas représenté ses pensées, ses émotions et son dégoût. Par quelques mots on peut comprendre qu’elle souffre de cet abus, mais c’est tout. C’est invraisemblable qu’une expérience comme ça resterait sans conséquences pour Odile lui-même et probablement aussi pour sa relation avec Louis ! Hélas, on n’en trouve rien du tout ; le récit continue comme rien ne s’est passé. Un livre bien distrayant mais je suis pourtant un peu déçu. 

samedi 1 octobre 2016

La littérature française au présent de Dominique Viart et Bruno Vercier

*****
Une anthologie de la littérature française publiée entre 1980 et 2005. Le livre offre un bilan littéraire intéressant qui s’est subdivisé en catégories thématiques, comme, par exemple, « Les écritures de soi », « Les écritures de l’histoire », « Les écritures dramatiques » et La poésie. La plupart des chapitres sont écrits très bien ; ils fournissent des informations intéressantes sur les écrivains et leurs œuvres et, en même temps, ils suscitent au lecteur l’envie de lire ces œuvres traités. J’ai apprécié surtout les chapitres sur la Grande Guerre et sur la Seconde Guerre mondial. Il y a aussi quelques chapitres qui sont plus académiques et théoriques et de ce fait moins intéressants (pour moi), comme « Écrire le réel » et « L’engagement en question ».

Cependant, le livre est un guide vraiment pratique et bien lisible pour explorer la littérature française moderne jusqu’à 2005. Je ne crois pas que l’anthologie soit complète, mais elle est assez étendue pour approfondir ses connaissances de la littérature de cette époque. Après avoir (presque) terminé le livre, ma « liste à lire » s’est agrandie fatalement…

Contours du jour qui vient de Léonora Miano

*****
L’histoire d’une petite fille africaine qui essaie de retrouver sa mère quelque part en Afrique dans un pays dévasté par une guerre civile. La mère lui a abandonné à son sort il y a trois années. L’enfant a survécu contre toute attente. Malgré le mauvais traitement d’autrefois, elle aime encore sa mère et elle veut vraiment rentrer à la vie familiale.

C’est une histoire sombre, racontée par la petite fille d’environ douze ans. En effet, c’est un récit sans arrêt de la pauvreté, de la superstition et de l’abus des femmes et des enfants. Bref, une histoire sérieusement déprimante. Bien que je trouve le livre bien écrit avec un style attirant et facile à lire, il n’offre pas une lecture aisée. On sait que les événements et les cruautés quotidiennes décrits sont en effet encore actuels dans certaines régions africaines. C’est probablement aussi pour cette raison que je trouve l’histoire simplement trop démoralisante pour vraiment aimer la lecture. Malgré ce sentiment, je pense que le livre est puissant qui vaut la peine. Il a gagné le prix Goncourt des lycéens en 2006.

samedi 24 septembre 2016

La petite pièce hexagonale de Yoko Ogawa

*****
Une petite histoire japonaise sans grands événements ou développements majeurs. La petite pièce hexagonale est une petite chambre mobile dans laquelle on peut s’isoler et se raconter ses soucis et ses problèmes sans assistance d’un thérapeute ou quelqu’un d’autre. En effet, on entre dans cette pièce hexagonale, on raconte des histoires et personne ne les écoute pas. Le personnage principal est une femme occupée qui souffre d’un mal de dos. Elle a trouvé l’endroit où se trouve cette pièce hexagonale par accident. Les deux exploitants de la pièce, une mère et son fils, l’invitent à y entrer pour essayer. Elle trouve l’expérience d’isolement thérapeutique et vraiment libératrice. Elle se raconte des petites histoires personnelles, des secrètes, des événements simples d’autrefois qui pour une raison quelconque la dérangent encore.

Après cette première occasion, elle revient plusieurs fois pour subir cette thérapie simple et alternative. Elle s’efforce aussi de mieux connaître les deux exploitants, qui d’ailleurs sont des gens très sympathiques. Elle voudrait mieux comprendre qui sont-ils, d’où viennent-ils, pourquoi font-ils ce boulot, comment font-ils fonctionner la pièce ? Elle apprend que ils transportent leur pièce mobile de ville à ville. Ils restent quelques semaines et après ils continuent leur voyage. Elle n’apprend pas beaucoup plus sur la mère et son fils, qui, évidemment, à la fin de l’histoire, sont partis. Le personnage principal doit se débrouiller comme d’autrefois.

Le livre offre une lecture simple et agréable qui, de temps en temps, me rappelle un peu l’œuvre de Haruki Murakami. 

mardi 20 septembre 2016

Céleste de Martine le Coz

*****
Le livre présente une histoire d’amour et une histoire de racisme à Paris du XIXe siècle pendant une épidémie de choléra. Normalement, j’aime les livres historiques, bien que le vocabulaire historique m’oblige à utiliser le dictionnaire plus souvent.
Malheureusement, ce livre ne m’a pas plu vraiment. Les dialogues restent plats et les caractères comme Céleste, la jeune fille amoureuse et Lodran, le médecin haïtien, ne suscitent pas beaucoup de sympathie ou d’empathie. Le style de l’écriture est trop riche pour moi. J’ai trouvé la lecture de la première partie du livre presque impossible, à cause d’un excédent de mots inconnus en combinaison avec un débordement de métaphores. Peut-être on a voulu présenter un ouvrage littéraire, mais on peut aussi y aller trop fort. Au début, j’ai encore essayé de rechercher chaque mot inconnu, mais il y avait trop et très rapidement j’ai décidé que l’histoire ne valait la peine. Alors, j’ai commencé à sauter des mots, des phrases et même des paragraphes entiers. Pourtant, j’ai trouvé l’histoire assez intéressante pour continuer la lecture et vu que la deuxième partie du livre était beaucoup plus facile à lire, j’ai pu la terminer avec beaucoup de soulagement. Le livre a gagné le prix Renaudot en 2001.

lundi 19 septembre 2016

Assam de Gérard de Cortanze

*****
C’est une histoire captivante du marquis italien Aventino Roero Di Cortanze au début du XIXe siècle. C’est l’époque de Napoléon Bonaparte, le conquérant français qui menace aussi toutes les petites monarchies italiennes. Le livre comprend trois parties ; les événements en Italie jusqu’au départ d’Aventino pour l’Inde (la guerre contre les Français), le voyage à et le séjour en Assam (la quête du thé), et les événements après sa rentrée en Italie (l’occupation française et la résistance armée).  

Je trouve les deux grands thèmes du livre vraiment intéressants ; il y a l’histoire politique italienne au début du XIXe siècle et l’histoire sur la quête du thé en Inde. Le contexte historique du livre semble véritable, bien que je ne connaisse pas vraiment l’histoire politique d’Italie.

J’aime le style de l’écriture, c’est un style beau et pourtant assez simple pour une lecture facile. Les descriptions étendues des paysages sont belles et hautes en couleur. Le caractère du protagoniste et son développement sont vraisemblables. Bref, un très bon livre qui a gagné le prix Renaudot en 2002. 

mardi 30 août 2016

Introduction au droit de Muriel Fabre-Magnan

*****
Pour me familiariser avec la terminologie juridique française, j’ai lu ce livre succinct. C’est une lecture agréable et relativement facile. Bien qu’il contienne des phrases longues et de temps en tempes même « curieuses », comme tous les textes juridiques, dans son intégralité je pense que le livre est accessible et facile à lire. Au moins pour quelqu’un qui a un savoir de la discipline. En outre, les systèmes juridiques français et néerlandais se ressemblent hautement. (C’est surtout grâce à un monsieur Bonaparte qui nous a « instruits » il y a 210 ans).

Je ne comprends pas exactement qui serait le lectorat visé par l’auteur. Le livre présente un aperçu du droit français, mais il est tellement succinct que je ne crois pas qu’il soit fait pour des étudiants de première année en droit. Si l’auteur a visé pour ainsi dire des dilettantes ou des intéressées en général au droit, je crois qu’on a dû présenter plus d’informations sur l’histoire du droit pour expliquer la situation actuelle. Je trouve aussi que l’importance de l’Union européenne pour le droit national a été un peu sous-exposée. Je n’ai pas trouvé des informations sur les lois françaises les plus importantes. Il est vrai qu’on présente un peu d’information sur la Constitution française, mais même cette information reste incomplète.

Alors, c'est un livre facile à lire qui présente un aperçu du droit sans un contexte historique et sans un groupe cible clair. Bien que j’aie appris des nouveaux mots juridiques comme « débouté », « dispositif », « imprescriptible », « intenter » et « saisine », je crois que j’aille chercher un livre un peu plus approfondi. Toutes vos suggestions sont les bienvenues !

Je vais mieux de David Foenkinos

*****
Un livre amusant avec un personnage principal sympathique qui souffre d’un vague mal de dos. Au début, la douleur est encore supportable, mais bientôt le mal à dos commence à devenir accablant. Les médecins font des examens mais ils ne trouvent rien. Alors la cause du mal doit être psychosomatique !

Immédiatement après ces examens médicaux, les ennuis se compliquent. D’abord, il y a des problèmes au bureau et ensuite aussi à la maison. Bref, il perd son emploi et sa femme le quitte, tandis que, physiquement, les choses s’aggravent de plus en plus. Malgré toute cette misère, l’histoire est amusante et légère. C’est une lecture agréable et je n’ai qu’une seule plainte ; la fin du livre.

Je trouve la fin de cette histoire totalement décevante. Évidemment, on peut s’attendre à une fin heureuse pour le mec, personne ne devrait pas être atteint d'une telle maladie vague et douloureuse. Forcément, le protagoniste va trouver des solutions d'une façon ou d'une autre pour se délivrer de ses ennuis.  Mais le moyen de lequel tous ses problèmes sont résolus, c’est peu crédible et ennuyeux. L’auteur a fait pour ainsi dire un deus ex machina pour résoudre toutes les difficultés. Tout à coup, le protagoniste trouve un nouveau travail, soudain, mystiquement, il a de l’argent pour investir, bien que quelques jours plus tôt il ait eu des grands soucis financiers (il avait perdu son emploi quand même) ! Pour faire les choses même plus ridicules, il rencontre une femme qui immédiatement devient sa nouvelle amante, une amante « fantastique » malgré leur écart d'âge ; il est son aîné de dix ans. C’est en effet le même écart d’âge qu’il reproche tellement à sa fille qui vit ensemble avec un homme qui a aussi dix ans de plus qu’elle !

Après seulement quelques pages, l’histoire d’abord attirante dégénère en un conte de fées pour des adultes qui est totalement invraisemblable et risible. C’est vraiment dommage !

Alors, « je vais mieux », c’est un bon livre amusant sauf ces derniers chapitres qui ont gâché un peu la lecture pour moi. 

dimanche 28 août 2016

Bang ! Bang ! de Christophe Donner

*****
Un livre drôle et amusant au début, mais après les premiers cent pages il perd son charme. C’était le titre du livre « Bang ! Bang ! » qui m’a persuadé de l’emprunter, car j’adore cette chanson ! 
Le livre, c’est une histoire légère avec un bon sens de l’humour au début qui est un peu cynique de temps en temps. Pourtant, après ce bon début, l’histoire s’éteint. Elle devient trop ennuyeuse pour faire rire les lecteurs ou même pour les garder. C’est une lecture facile pour ces moments où on n’a pas d’énergie pour quelque chose plus solide littérairement. 
Alors, c’est un livre qui ne fait pas une impression durable et « les Bangs ! » du titre, ils restent insuffisants... J’aurai l’oublié avant la fin de la semaine.

mercredi 30 mars 2016

Les Belles endormies de Yasunari Kawabata

*****
C’est l’histoire d’un vieil homme qui paye pour le privilège de dormir ensemble avec des jeunes femmes. Normalement, ce serait une affaire de prostitution peu remarquable, mais dans ce cas, l'histoire prend un tour inattendu. Les femmes avec lesquelles il dort sont droguées, alors elles dorment toute la nuit. Elles « dorment » déjà quand l’homme entre la chambre et elles « dorment » encore le lendemain quand il part. L’homme n’est pas censé faire autre chose avec elles que les regarder et s'endormir lui-même. C’est aussi pour ça que ce privilège est disponible seulement pour des vieillards… Pendant le temps que le vieil homme est couché à côté aux femmes inconscientes, il les regarde en se réfléchissant à sa vie.

Bien que l’histoire et les mémoires du vieil homme soient assez intéressantes, je n’ai pas aimé ce livre. C’est une pensée dégoûtante qu’un vieil homme pourrait payer pour rester ensemble avec une jeune femme droguée. Les descriptions des façons de toucher leurs visages et de sentir leurs odeurs, je les trouve désagréables. Encore une fois, peut-être le récit n'est pas sans goût, mais c'est seulement l’idée qu’on pourrait vendre ou remettre une jeune fille sans connaissance à un vieil homme pour une nuit, qui m’a gâché la lecture. Malgré cette aversion, j’ai terminé le livre quand même, bien que j'aie lu la deuxième moitié du livre un peu plus globalement et plus vite.


Le vieux qui lisait des romans d'amour de Luis Sepúlveda

*****
C’est l’histoire d’Antonio José Bolivar Proano, un vieil homme qui habite un petit hameau isolé à côté d’une rivière en Amazonie. Bien qu’il ne soit pas né dans la forêt équatoriale, il a vécu là depuis son arrivée, il y a plus de quarante ans. En effet, il a demeuré pour quelques années chez les Shuar, une population indigène, où il a appris l’art de la vie naturelle : la chasse, la guérison et l’art de se déplacer sans être aperçu dans la forêt vierge.

Antonio José est un homme seul.  Il vit dans une petite cabane primitive. Son plus important passe-temps est la lecture, la lecture des romans d’amour. Il les lit très lentement à l'aide d'une loupe. En effet, ses possessions les plus précieuses sont sa loupe et son dentier... Chaque six mois, le dentiste itinérant lui emporte deux nouveaux livres. C’est une vie simple et naturelle.

Malgré sa grande isolation, les autorités sont représentées dans ce hameau quand même : il y a un maire, un homme gros, arrogant et désagréable. Après la mort de quelques colons blancs à cause d’une attaque par un tigre, quelque part dans les parages du hameau, le maire organise une expédition pour tuer le félin. Il force Antonio José Bolivar Proano à participer à cette expédition en raison de son expérience de chasse. Ce sera une expédition qui symbolise et expose les conflits fondamentaux entre la vie naturelle indigène et les forces du développement économique.

mardi 29 mars 2016

World War Z de Max Brooks

*****
Un documentaire journalistique vraiment malin ! L’auteur a rencontré un grand nombre de survivants de la dernière grande guerre mondiale pour enregistrer leurs histoires. Ce sont des histoires émouvantes. On trouve des comptes rendus des luttes individuelles contre l’ennemie et des récits de leurs échappements au mort. L’auteur a rassemblé des témoignages des civils, des dirigeants politiques, des chercheurs et des militaires dans le monde entier.

Le livre présente un documentaire profond : on peut suivre les développements de la guerre du début, du premier cas de la maladie, à la fin. Le livre apporte aussi des sentiments de désespoir des survivants qui se sont trouvés entourés par des ennemies dont la quantité s’augmente chaque jour. Il y a des histoires de courage des gens individuels et des histoires des grands échecs des armées.

C’est un livre amusant malgré son sujet ennuyeux. Pour vrai dire, j’ai un grand préjugé contre des zombis et des vampires et je ne lis jamais leurs livres, pardon, je ne lis jamais de livres qui traitent de ces sujets. Cependant, « World War Z », c'est l’exception proverbiale que j’ai vraiment aimée. Dans ce livre on ne trouve pas des détails atroces, au moins ne pas trop, et on ne trouve pas des tensions fausses et surexploitées. En revanche, l’auteur présente des témoignages personnels qui sont « enregistrés objectivement ». Bien que ces témoignages comprennent de temps en temps des détails lugubres en ce qui concerne le comportement des zombis, ces détails ne forment pas l’essentiel du livre. Le thème principal du livre, c'est le comportement des gens divers qui se trouvent soudainement dans des circonstances menaçantes, n’importe quelle catastrophe est la base de cette menace.

Une lecture divertissante et convaincante !

dimanche 27 mars 2016

Gataca de Franck Thilliez

*****
Un roman policier fantastique ! C’est un livre assez épais que j’ai terminé toutefois en deux jours, totalement captivé. C’est une histoire prenante avec une intrigue compliquée et avec des protagonistes sympathiques. Je ne vais pas essayer de résumer l’intrigue, car c’est simplement une intrigue trop vaste et trop maligne pour une synthèse de quelques phrases.

En fait, ce livre, c’est un mélange étrange d’un polar traditionnel et un roman scientifique. Évidemment, c’est un roman policier, donc il y a des meurtres. C’est le meurtre incompréhensible d’une jeune femme dans un centre de primatologie qui déclenche une enquête policière. C’est un roman policier sérieux, alors, il y a des policiers troublés qui font l’investigation en maîtrisant leurs problèmes personnels. C’est un roman qui comprend de la science, alors, par conséquent, il y a d’informations scientifiques diverses : sur le génome humain, sur les indigènes en Amazonie, sur l’homme Cro-Magnon européen…

C’est une lecture divertissante et fascinante qui comprend aussi beaucoup de révélations inattendues. Un très bon livre !