samedi 12 août 2017

Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar

*****
Les « mémoires d’Hadrien » traitent les mémoires d’empereur romain Hadrien. C’est l’empereur qui a fait construire le mur d’Hadrien au nord de la Bretagne. Il est né en 76, il est devenu empereur en 117 en il a régné sur l’empire romain jusqu’à sa mort en 138.

Marguerite Yourcenar a construit une histoire impressionnante sur la vie et le gouvernement de ce grand empereur. Le livre n’offre pas des dialogues ou des interactions entre des personnages divers. C’est un monologue dans lequel Hadrien raconte son récit de vie à son fils. On apprend d’abord sa vie d’officier dans l’armée romaine et après sa vie d’empereur. Il décrit et commente tous les intrigues politiques inéluctables. Il raconte et commente des événements importants chronologiquement et, de temps en temps, il donne des conseils à son fils. Bien que, aujourd’hui, cet empereur soit surtout connu par son mur en Bretagne, le mur est mentionné seulement une fois dans tout le livre.

jeudi 10 août 2017

Quelle(s) valeur(s) de la biodiversité ? de Mathilde Boutonnet et Eve Truilhé-Marengo

*****
Je m’intéresse à la gestion de l’environnement au sens large du terme : j’étudie la science, l’économie et le droit de l’environnement. C’est pour ça que j’ai acheté ce nouveau livre, publié en 2017, sur la valeur de la biodiversité. J’avais pour but d‘apprendre des nouveaux développements et de me familiariser avec le vocabulaire français. Je me suis attendu à un livre d’étude sur la valorisation économique de la biodiversité et des services écosystémiques.

Cependant, l’ouvrage n’est pas un livre d’étude. C’est un livre qui comprend treize articles scientifiques des chercheurs qui ont participé à une réflexion collective qui s’est tenue en résidentiel à la Fondation des Treilles en 2014. En outre, le livre contient une introduction et des propos conclusifs.


Dommage ! J’avais acheté une collection d’articles rassemblée dans un livre au lieu d’un livre d’étude intégré. Or, ça n’était pas un grand problème, car j’ai l’habitude de lire des articles scientifiques. Bien que tous ces articles traitent des sujets assez divers, leur thème commun, c’est la valeur de la biodiversité, un thème intéressant et épineux. Alors, plein d’optimisme, j’ai commencé à lire.

mercredi 2 août 2017

Violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner d’Étienne Deslaumes

*****
L’auteur Étienne Deslaumes n’est pas encore très connu. On trouve seulement un autre livre du même auteur sur Babelio, « Journal ambigu d’un cadre supérieur », bien qu’il ait publié un autre livre de plus, il y a plus de dix ans, « Émilien ou le souci de définition ».

J’ai immédiatement aimé le titre juridique « Violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner » de ce troisième livre de Deslaumes. Au début du livre, son thème semble plutôt simple. Une femme d’environ cinquante années est morte, victime d’un accident ou peut-être s’agit-il d’un suicide. Pendant l’enterrement, ses proches se souviennent de la défunte et d’autres événements de leur vie.

lundi 31 juillet 2017

Le Ventre de Paris d’Émile Zola

*****
C’est l’histoire de Florent, le forçat échappé à son exil à l’île de Diable qui s’est changé involontairement en inspecteur de marée après son retour secret à Paris. Bien que Florent soit le personnage principal, son histoire est complètement sous la domination de l’histoire plus grande de ce livre, le récit de ce vaste marché, les Halles, de Paris du XIXe siècle.

C’est le quatrième livre de Zola que j’ai terminé, après « Thérèse Raquin », « L'Assommoir » et « Germinal », et c’est pour ça que je m’étais attendu à une nouvelle critique sociale et perçante. Bien qu’on puisse bien trouver quelques éléments communs dans « le Ventre de Paris », car les conditions difficiles de cette époque passée ne sont pas ignorées, je trouve le style de l’écriture de ce livre plutôt différent. C’est surtout au début du livre, les premiers chapitres, qui se lisent comme on regarde un tableau. La description de la place du marché et de tous ces produits négociés et stockés, les légumes, les poissons, les fromages, la charcuterie, leurs couleurs et leurs odeurs, c’est de la poésie. 

jeudi 27 juillet 2017

L’Esprit d’hiver de Laura Kasischke

*****
Un livre captivant que j’ai terminé en seulement deux jours. Au début, ça ressemble à une histoire simple. Holly, une femme au foyer américaine, prépare un repas de Noël pour ses parents et environ dix autres invités. Il y a un peu de stress, car elle a dormi trop longtemps ce matin et il y a encore tellement des choses à faire avant que les invités n’arrivent... Mais au fur et à mesure que le jour s’écoule, ce stress, cette tension, augmente et s’approfondit. Son épouse ne revient pas de l’aéroport avec ses parents à lui, une tempête de neige se développe dehors, les invitées tardent à arriver et sa fille adoptée se comporte d’une façon de plus en plus embarrassante. Pendant qu’Holly fait ses préparations pour le repas, elle commente le comportement étrange de sa fille et elle se rappelle l’histoire de son adoption il y a dix ans.

Droit de l’environnement de l’Union européenne d’Eve Truilhé-Marengo

*****
Le livre offre une vue générale du droit de l’environnement de l’Union européenne. Bien que son bilan soit incomplet, après tout, on a dû faire un choix parmi les plus de 700 actes juridiques européens, on y trouve quand même les actes environnementaux les plus importants et pertinents.

Le livre comprend deux parties. La première partie s’occupe au droit institutionnel de l’Union européenne. On y trouve des choses comme la compétence en matière environnementale de l’Union, l’importance des principes de subsidiarité et de proportionnalité, les institutions européennes et leur fonctionnement, le rôle des États membres et les instruments génériques (les directives et les règlements).

La deuxième partie du livre contient le droit matériel. D’abord, l’auteur discute les trois principes essentiels pour le droit de l’environnement européen : le principe de prévention, le principe de précaution et le principe de pollueur-payer. Ensuite, elle présente les instruments transversaux : l’information, la participation et l’accès à la justice des citoyens européens, la prévention intégrée des dommages environnementaux et les responsabilités environnementales.

lundi 17 juillet 2017

7 ans après de Guillaume Musso

*****
La lecture des livres ennuyeux m’offre un grand avantage : bien qu’on perde son temps avec ces livres qui n’ont pas de saveur ou d’humour, qui présentent des intrigues forcées et des événements totalement improbables, on va quand même mieux apprécier tous ces autres livres qui bien valent la peine.

C’est exactement pour ça que je voudrais remercier l’auteur pour son « 7 ans après ». C’est un livre qui se trouve sur la liste « les 12 livres les plus populaires de l’année 2012 » de Babelio. Peut-être je devrais utiliser une autre liste pour chercher de l'inspiration … :)

jeudi 15 juin 2017

Le Livre des Baltimore de Joël Dicker

*****
Joël Dicker présente une saga familiale qui se déroule aux États-Unis. Le personnage principal, un auteur américain réussi, raconte l’histoire de sa famille et les développements qui ont abouti à un drame familial quelques années avant. Un drame qui s’est annoncé déjà dans les premiers pages du livre.

J’ai vraiment aimé le livre précédent de Joël Dicker, « La vérité sur l'affaire Harry Quebert ». C’est pour ça que je m’étais préparé à un nouveau régal littéraire avec « Le livre des Baltimore », malgré les critiques littéraires moins positives que j’ai lu directement après son apparition en 2015.

Heureusement, malgré ces présages peu favorables, je me suis bien amusé. Je trouve le livre bien écrit avec un style attirant. L’histoire a été bien construite et les événements actuels et les événements d’autrefois s’alternent logiquement. Le récit contient des éléments marrants, comme le rôle du chien au début, et des éléments touchants, comme les relations amicales parmi les personnages principaux.  Je n’ai pas terminé le livre en une seule étape, mais assez vite, quand même, peut-être en deux ou trois jours.

jeudi 2 mars 2017

Module 4 - Introduction aux droits de l’homme


Module 4
La typologie des droits de l’homme


Au début de 2017, je me suis inscrit à Coursera pour le cours Introduction aux droits de l’homme (lien). Le cours consiste en huit modules. Le quatrième module du cours traite la typologie des droits de l'homme et ses enjeux idéologiques, politiques et juridiques. On introduit aussi la théorie de l’indivisibilité des droits de l’homme.

C’est un module plutôt intéressant, bien que l’information présentée ne soit pas très nouvelle pour moi. La classification des droits l’homme, les trois générations, aide surtout à mieux comprendre le contexte historique. J'ai toujours appris les droits de l'homme comme des droits soit individuels soit sociaux. Cette troisième catégorie, cette troisième génération des droits de solidarité, elle est nouvelle pour moi.

Les présentations vidéo sont toujours claires et faciles à suivre. Les informations supplémentaires sont pertinentes, mais cette fois, je ne les trouve pas vraiment intéressantes. La terminologie nouvelle : la « tradeoff thesis » et le concept de l’indivisibilité des droits de l’homme.

mardi 28 février 2017

Résumé de Module 3 - Introduction aux droits de l’homme

Au début de 2017, je me suis inscrit à Coursera pour le cours « Introduction aux droits de l’homme » qui consiste en huit modules : Les fondements, l’internationalisation, les sources, la typologie des droits de l’homme,
les obligations, les limites et, finalement, les mécanismes de mise en œuvre des droits de l’homme.

Dans ce troisième module, on présente d’abord des sources nationales des droits fondamentaux. Ensuite, on discute les rapports juridiques entre les droits fondamentaux d’origine nationale, et les droits de l’homme tels qu’ils sont issus du droit international.

Voilà, le résumé du troisème module.

Module 3 Les sources des droits de l’homme